Enfin des nouvelles de la Préfecture !

Il aura fallu 1 mois pour que Monsieur le Préfet réagisse à l’envoi de la pétitions aux 366 signatures demandant le rattachement de la Commune de Saint-Maime à la Communauté de Communes de Haute Provence.

Le réponse est édifiante : « l’adoption du Schéma Départemental de Coopération Intercommunale (SDCI) est intervenue au terme d’un processus de très large concertation avec l’ensemble des collectivités concernées, concertation à laquelle le législateur n’a pas estimé devoir associer la population » !

Un preuve de plus de la manière hautement démocratique dont la réforme territoriale est conduite par notre gouvernement. Non seulement la commission d’élus chargée de valider le nouveau découpage a été nommée directement par le Préfet en toute opacité, la « très large concertation » n’a concerné que les élus des différentes Communautés de communes, mais voilà qu’en plus les administrés n’ont pas leur mot à dire !

Il est vrai que lorsqu’il s’agit de plumer les citoyens, mieux vaut ne pas trop leur demander leur avis !

Monsieur le Préfet ne veut donc prendre en compte que l’opinion des élus qui se sont prononcés en majorité pour le schéma proposé par la préfecture.
Il oublie simplement de signaler qu’il devra consulter tous les conseil municipaux avant le 1er juin 2013 et leur demander de délibérer. Il n’est donc pas trop tard pour que le Conseil municipal de Saint-Maime change de position et demande le rattachement de la commune à la Communauté de Haute Provence…

A nous de faire comprendre à nos élus que nous les tiendrons pour responsables des choix que certains prétendent nous imposer et des conséquences qui en découleront pour une population qui a clairement exprimé ses souhaits pour l’avenir de notre commune !

4 réflexions au sujet de « Enfin des nouvelles de la Préfecture ! »

  1. On reste sans voix en apprenant que « le législateur n’a pas cru bon d’associer la population » à une réforme territoriale qui va profondément modifier la vie des habitants de nos commune pendant de très nombreuses années !
    Comment nos députés ont-il pu voter une telle forfaiture ? Cela justifierai une révolution si le public était réellement conscient de ce qui se trame dans son dos. Le malheur, c’est que les difficultés quotidiennes occupent trop l’esprit de la majorité des gens (et cela peut se comprendre !) et que nous nous réveillerons trop tard.
    Il ne nous reste plus qu’à espérer un changement de gouvernement et d’assemblée nationale lors des prochaines élections. En espérant que les nouveaux élus décideront d’abroger cette réforme antidémocratique !

  2. Je suis scandalisée par cette réponse du préfet, c’est un véritable déni de démocratie ! Et pourquoi n’aurions-nous pas notre mot à dire ? Pour que quelques technocrates aient les mains libres pour tout régenter et faire main basse sur tous les services publics qui peuvent rapporter beaucoup d’argent, comme l’eau par exemple ?
    Je suis écœurée !

  3. Mais le plus étonnant c’est que la majorité du conseil municipal de Saint Maime semble totalement anesthésiée face à cette fusion de ILO dans la Communauté d’agglo ! Faut-il expliquer cela par une confiance aveugle dans les promesses de Monsieur Échalon (qui n’engagent que lui) ou par un manque total de lucidité ?
    Vont-ils enfin se rendre compte qu’ils se font mener en bateau et que le réveil risque d’être douloureux en 2014 ?
    Puisque nous sommes une majorité à vouloir autre chose, il va falloir manifester plus fortement notre désaccord avec nos élus !

  4. Et oui, mais le conseil municipal de Saint-Maime campe sur ses positions, fort de cette réponse du Préfet. Il ne juge pas utile d’entamer un débat avec la population et fait fi des 70 % d’électeurs qui se sont prononcés par voie de pétition pour que la Commune se rattache à la Communauté de Communes de Haute Provence.
    Il est donc nécessaire que la population de Saint-Maime se mobilise si elle ne veut pas subir les conséquences de la fusion dans la future Communauté d’agglomération. Cela peut passer, entre autre, par la remise en cause de la réforme territoriale par un nouveau gouvernement : les échéances électorales présidentielles et législatives seront donc décisives. Ne nous trompons pas de candidat !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *