Fiscalité et promesses électorales…

La profession de foi de la liste « Un nouvel élan pour Saint-Maime » mérite une lecture attentive et un décryptage des affirmations du Maire sortant, Monsieur Georges Roux.
On peut ainsi lire :
« Pour rappel ou information, la DLVA s’autofinance exclusivement par la taxe professionnelle, sans percevoir les impôts des ménages. D’autres intercommunalités font le choix d’une fiscalité additionnelle et prélève donc l’impôt sur les ménages. Cette voie n’est pas celle de la DLVA et moins encore la volonté des élus. »

Peut-on imaginer que notre commune puisse être gérée à l’avenir par une personne aussi ignorante de la fiscalité intercommunale ?

En effet :
– la taxe professionnelle a été supprimé le 1er janvier 2010. Elle est remplacée par la Contribution Économique Territoriale (CET) payée par les entreprises sur des bases différentes de celles de la taxe professionnelle ;

– la DLVA prélève sur les ménages plusieurs taxes :

  • une partie de la taxe d’habitation (au taux de 6,11 % en augmentation de 2 % par rapport à celle prélevée par ILO)
  • une partie de taxe sur le foncier non bâti (au taux de 3,10 %, en diminution de 4,6 %)
  • la taxe additionnelle sur le foncier non bâti (au taux de 57,42 %)
  • la taxe ordures ménagères (au taux de 9,20 %, en augmentation de 3,2 %)

Par ailleurs, est-il raisonnable de s’engager sur la volonté des élus alors que rien ne permet de préjuger des choix des nouveaux conseillers communautaires issus des élections municipales du 23 mars prochain ?

Sachant que, pour notre commune, le seul représentant dans le Conseil d’agglomération sera le Maire, il est très important pour l’avenir de notre commune que les électeurs ne se trompent pas sur la personne qu’ils éliront lors de ce scrutin !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *