Conseil municipal à huis clos : une première à Saint-Maime !

Pour une fois, il y avait beaucoup de monde pour assister au conseil municipal du vendredi 31 juillet 2015.
La municipalité se serait honorée de déplacer la tenue de ce conseil en salle polyvalente pour offrir un accès décent à tous ses administrés qui avaient fait l’effort de se déplacer.
Au lieu de cela, c’est dans un grand silence que Madame le Maire a fait voter un huis clos, sous prétexte qu’il y avait trop de monde, et même convoqué les gendarmes pour faire évacuer la salle du Conseil !
Les pauvres gendarmes avaient l’air éberlués et semblaient ne rien comprendre à ce qui se passait. Au moins auront-ils pu constater qu’il n’y avait ni agressivité ni manquement à l’ordre public de la part des personnes présentes…

Alors pourquoi ce rejet du public digne d’un tribunal de grande instance ?
Sans doute à cause du premier point de l’ordre du jour, aussi vague que sibyllin : ADMINISTRATION GÉNÉRALE Fonctions d’adjoint au Maire…
Madame le Maire n’aurait donc pas le courage de délibérer sur ce genre de sujet devant ses administrés ?
La majorité du Conseil municipal qui a voté ce huis-clos avait-elle honte de ce qu’elle s’apprêtait à faire ?

Tout le monde savait que cet ordre du jour cachait en fait la volonté de destituer Monsieur François Baille de son poste de premier adjoint, après que Madame le Maire lui ait retiré, sans motifs bien justifiés, toutes ses délégations.
Mais que reproche-t-on de si grave au premier adjoint ?
Peut-être d’avoir réussi, au vu et à la satisfaction de tous, à rendre de l’efficacité au travail des agent municipaux, tout en payant largement de sa personne ?

Après avoir enfin réussi à remplacer des élus qui se croyaient inamovibles et se complaisaient dans un mépris souverain de leurs administrés, nous avions mis beaucoup d’espoirs dans cette nouvelle municipalité pour un renouveau de la gestion municipale et le réveil de notre village.
Le visage qu’elle a montré vendredi soir a fait l’effet, pour beaucoup, d’une douche glacée !

Il reste un peu plus de quatre ans à l’équipe actuelle pour faire disparaître cette mauvaise impression en permettant aux habitants de notre village de bien constater la réalisation de quelques une des promesses faites avant les élections de mars 2014. Comme celle, par exemple, « d’écouter et d’informer pour prendre en compte les demandes et vous tenir informés de ce que l’on propose et de ce qui sera réalisé ».

12 réflexions au sujet de « Conseil municipal à huis clos : une première à Saint-Maime ! »

  1. Force est de constater que les méthodes employées se révèlent très loin de l’idée que les St Maimois avaient pu se faire de l’image de Madame Bor en campagne.. Campagne axée sur la promiscuité des élus envers les administrés, campagne basée sur la communication et le participatif (consultations, référendums..) Bref, les électeurs avaient choisi une liste dans laquelle figurait Monsieur Baille, élu au même titre que Madame Bor avec 55,74% des voix… Aujourd’hui nous apprenons l’éviction du conseil du premier adjoint, le tout sans consultations ni informations et même pas un petit référendum, pratique qui semblait indispensable pour toutes décisions d’importances il y a encore quelques mois pour Madame Bor.. Peut être ne considère t’elle pas le limogeage de son premier adjoint comme prioritaire dans la vie des Saint Maimois. Dans tous les cas avec ce dernier dossier, le masque vient de tomber et le véritable visage d’une politique dont les Saint-Mamois ne veulent pas vient d’apparaître.. N’oubliez pas Madame Bor, on ne prend le « melon » que dans les champs ici.. Visiblement vous semblez l’ignorer.

  2. A l’attention de Mr Longeverne

    En tant qu’administré de la commune, je tenais plus particulièrement à remercier Mr LONGEVERNE, pour avoir mis la révolution à notre belle et paisible commune, sans bien sûr avoir pris ses responsabilités quand ce fût le moment.

     » Courage, fuyons. »

    « Mon dieu, le plus souvent l’apparence déçoit : – Il ne faut pas toujours juger sur ce qu’on voit. »

    Citations de Molière

    A bon entendeur !

    PS : Et la communauté de commune de Haute Provence, c’est pour quand ?

  3. Un petit Rhino en 1 an et demi et un »Echo du p’tit rhino » pour régler des comptes avec François Baille ! un site internet en rénovation depuis plusieurs mois, le conseil municipal en huis clos ….. des comptes rendus des conseils non diffusés! Même les municipalités antérieures, qui ne brillaient pas pour leur communication auraient fait mieux….Il serait facile de penser qu’on nous cache des choses

    Une crise sans précédent au sein du personnel municipal, mise à pied, arrêt maladie en nombre, harcèlement, non reconduction des contrats…. des élus divisés qui exigent le huis clos au conseil mais se donnent en spectacle au bar ….
    Les services de la mairie (urbanisme, état civil, etc. ) sont ils encore correctement assurés ?
    Qui s’occupe des quelques projets en cours, et même…. des affaires courantes ?

    Que se passerait il si un gros problème survenait ???

    Heureusement l’équipe de Georges Roux a adhéré a la DLVA . Au moins les services essentiels ( eau, ordures ménagères, etc.) sont assurés…

    Nous avons effectivement de quoi nous inquiéter sérieusement !

  4. Monsieur Longmas
    Bravo pour l’efficacité rendue au travail des employés municipaux.
    Sans dénigrer le travail de mr Baille, je ne pense pas qu’avant l’arrivée de ce dernier et de vos anciens colistiers chacun paressaient dans son coin.
    Heureusement que ces élections nous ont permis de passer de l’âge de pierre au siècle des lumières (qui s’éteignent doucement).
    Nous ne vous remercierons jamais assez pour ce coup de main, mais si vous pouviez cesser de vous servir des uns pour taper sur les autres vous feriez preuve d’un minimum d’originalité dans vos articles.
    Sincèrement et sans vous saluer.

  5. et dire que je m’étonnais seulement dans mes précédents commentaires d’un manque de communication !!!
    Il apparait maintenant une véritable volonté de masquer à la population les vrais rouages de la municipalité en place.
    Les conseillers ont donc voté en huis clos la révocation du 1er adjoint. j’espère pour eux qu’ils ont bien compris ce qu’ils viennent de faire !…
    c’est a dire d’une part cautionner l’ensemble des actions de l’élue à la tête de notre commune et de leurs conséquences : arrêt maladie en cascades, suspension de la secrétaire de mairie, dépôts de plaintes, et cela n’est, j’en ai peur, que le haut de l’iceberg …
    d’autre part, mesdames et messieurs les conseillers, dans la même ligne, vous avez donné à madame le maire le droit de continuer avec vous ce qu’elle a commencé avec le 1er adjoint.. le droit d’écraser toute tentative pour émettre des avis différents caché derrière des volets clos ! en la laissant faire ce huis clos, en votant la révocation de la personne qui s’est battu pour que vous soyez là ou vous êtes, qui a cru en votre volonté d’avancer pour la commune, n’avez vous pas le sentiment d’avoir vendu votre âme !!!!

  6. Il faut en toute chose être mesuré. Pour être cynique je rappellerais que les promesses de campagne n’engagent que ceux qui y croient. La désillusion me paraît forte à Saint Maime mais il appartient aux citoyens de faire respecter les engagements pris par la nouvelle municipalité notamment en ce qui concerne le referendum sur la sortie ou pas de la DVLA! ceci peut être réclamé par les citoyens eux même conformément au code des communes.
    Quand à ceux qui pensent qu’avoir mis la pagaille dans une commune si tranquille qu’ils aillent vivre en Corée du nord!

  7. Le conseil municipal s’est réuni lundi 31 août. Un tout petit conseil (tout juste le quorum) où l’absence de 6 membres sur les 13 a été fort remarquée. Absence en particulier de madame le maire…..
    Le compte rendu du précédent conseil n’a pas été validé par les membres présents… Trop d’explications à demander à Madame le Maire et de rectifications à effectuer !!!…
    Que dire aussi de l’absence d’informations sur les recours déposés auprès du Tribunal administratif suite aux irrégularités du précédent conseil !!!

  8. Bonjour Jacques, bonjour à tous,
    Pour reprendre une vieille maxime, la vie n’est pas un long fleuve tranquille…

    Mon cher Jacques dois je te rappeler que les conseil municipaux doivent se tenir en mairie conformément à l’article L2121-7 du CGCT mais peut également se réunir à titre définitif en un autre lieu s’il ne contrevient pas au principe de neutralité entre autre et que ce lieu doit être définitif. Il est vrai que la fréquentation du CM a été exceptionnelle le 31 juillet mais cette exception n’entre pas dans les critères prévus par le code cité supra puisqu’on parle de définitif d’autant qu’habituellement le public ne se bouscule pas dans la petite salle de la Mairie.

    Concernant le huis clos, le seul fait de voter un sujet sensible (à savoir la destitution de fonctions du 1er adjoint) suffit légalement au huis clos, et en toute sincérité il n’était pas prévu au départ même s’il restait possible. Nous ne nous attendions pas à un attroupement non autorisé (voyez la définition pénale) banderole de soutien déployée et pétition en main… Nous ne nous attendions pas non plus à l’intervention intempestive d’une personne du public sur « la vérification de la signature bonne ou pas d’un pouvoir », cette personne refusant de quitter les lieux à la demande du maire… Le huis clos ne pouvait qu’être prononcé sur ces faits. Tous ces éléments sont enregistrés sur un dictaphone (nous enregistrons tous les CM depuis quelques temps déjà).

    A propos de rassemblement il me semble avoir vu un tract imprimé sur papier vert et distribué dans toutes les boites à lettres de la commune quelques jours auparavant ce fameux 31 juillet. Il y était mentionné par une ancienne liste aux élections municipales qu’elle n’était absolument pour rien dans les problèmes que l’actuelle municipalité rencontrait. Dans la foulée, sur une belle photo parue sur la Provence à l’issue du conseil du 31 juillet, qui voyons nous assis sur la fontaine encadrant le 1er adjoint sous une banderole?? Ceux la même qui écrivaient n’y être pour rien quelques jours plus tôt…

    Saint-Maimois, tu as la mémoire courte ! Ou tu ne lis pas les tracts et les journaux…

    Sur le premier point de l’ordre du jour, dois je te rappeler aussi mon cher Jacques (toi qui souhaitait devenir le premier magistrat de la commune et donc connaissant à minima les lois et règlements sur le fonctionnement d’une commune et de son conseil municipal que d’un ordre du jour aussi vague et sibyllin, comme tu le déclare, plusieurs autres délibérations peuvent en découler selon le sens du vote. Et oui c’est légal et réglementaire à compter du moment où ces délibérations sont consécutives de ce point de l’ordre du jour que toi comme d’autres, estiment vague et sibyllin.
    – 1er cas : Le 1er adjoint est maintenu dans ses fonctions, mais ne disposant plus de délégation, toutes celles accordées aux conseillers doivent être retirées sauf à donner une nouvelle délégation à cet adjoint.
    – 2ème cas : Le 1er adjoint n’est pas maintenu, il bascule au rang de conseiller.
    – – De ce cas découle encore deux possibilités de délibération ; soit on reste à 3 adjoints, soit on en nomme un en remplacement…
    – – De ces deux nouveaux cas de probabilité il découle encore deux autres possibilités de délibération ; si on reste à 3 adjoints on procède à une nouvelle délibération pour faire monter d’un rang successivement les 2ème, 3ème et 4ème adjoints au 1er, 2ème et 3ème rang. Soit si on nomme un adjoint en remplacement il peut découler encore et encore une délibération ;
    – – Sur cette délibération supplémentaire ce nouvel adjoint peut remplacer l’ancien adjoint dans son rang à savoir le 1er, soit il prend rang après tous les autres adjoints, et la c’est une autre délibération (encore !!) pour faire monter d’un rang les autres adjoints et dégager ainsi le 4ème poste d’adjoint…

    Est-ce assez clair et intelligible maintenant, ou le Maire devra t-elle se fendre de pareilles explications détaillées sur les prochains ordres du jour ??

    Alors de quelle honte veux tu parler ? D’autant que l’intitulé « fonctions d’adjoints » était inscrit au pluriel (non au singulier pour la seule destitution ou non de fonctions du 1er adjoint).

    De quel manque de courage veux tu parler ? Celui de pouvoir délibérer sur un sujet aussi important, et pas forcément pris de gaîté de cœur, en toute quiétude, sans pétition préalable pour faire « pression sur les élus » et sans intervention verbale du public ??!!…

    Et puis que sais tu des « sans motifs bien justifiés » du retrait de délégations de l’ancien 1er adjoint ? Ce que tu en as lu sur son tract ? Serais tu prêt à parier que c’est parole d’évangile ? Aurais tu jeté aux orties ce qui t’avais plu chez Mireille BOR lors de nos réunions à ton domicile alors que tu étais encore dans la course avec nous et tête de liste ? A savoir sa droiture, ses questions pertinentes et ses compétences en matière municipale puisque déjà élue sur son ancienne commune, qualités qui t’avaient orienté vers un poste de 1er adjoint pour elle si nous étions élus…
    Jacques, aurais tu la mémoire courte toi aussi ?

    Que sais tu des différents chantiers techniques sollicités par le maire auprès de l’ancien adjoint, chantiers qui n’ont pas vu le jour depuis plusieurs mois (les premières demandes remontant à octobre/novembre 2014) et qui maintenant seulement commencent doucement à se faire depuis cet été ? Mais c’est vrai, il s’était tellement investi à l’école (qui n’était pas sa délégation) et là je cite l’intéressé sur son tract et la presse… Que sais tu de l’envie irrépressible de nuire personnellement au maire depuis que le contrat aidé d’une personne proche de l’ancien adjoint n’a pas été prolongé d’une année supplémentaire alors qu’il espérait voir une embauche aboutir ? Que sais tu de l’article 432-11 en son 2ème du code pénal ? Que sais tu de la tentative de « putsch » le soir du 6 juillet dernier où l’ancien 1er adjoint a réuni le conseil sans le maire, ni moi d’ailleurs, et qu’il avait préalablement le jour même téléphoné au correspondant de HPI pour lui annoncer « que tout le conseil était démissionnaire et le soutenais » ? Que sais tu de sa volonté affirmée avant son retrait de délégation d’être un élu de l’opposition, affirmation donnée dans un premier temps aux autres élus puis relayée ensuite par lui-même dans la Provence et HPI ? Que sais tu des règles des délégations qui sont données mais aussi reprises par le maire uniquement et que le maire reste civilement et pénalement responsable des délégations accordées? Et depuis quand un élu de l’opposition dispose, dans n’importe quelle commune de France, de délégations ? Que sais tu du dépôt de plainte de l’ancien 1er adjoint en date du 16 juillet contre le maire, plainte envoyée directement chez le Procureur pour « diffamation » ? Qu’en fait de diffamation l’ancien adjoint vise les écrits du maire dans le bulletin intermédiaire du début de l’été sur le fait qu’elle mentionne que cet adjoint (encore à l’époque) avait tenté de favoriser une personne qui lui est proche (oui, oui on parle bien du fameux CAE qu’il espérait voir convertir en CDI), et qu’il a fait part lui-même dans la presse de cette vérité ! (houlà, je vais sûrement avoir droit moi aussi à une plainte pour diffamation).

    Jacques tu parles de douche glacée mais vois tu pour ne pas être frigorifié sous la douche il faut utiliser le mitigeur (un peu de chaud, un peu de froid). Il s’agit bien entendu d’une métaphore, à savoir connaître déjà les deux sons de cloche avant de préjuger, voire de juger des actions d’une personne. Mais apparemment cela semble être un sport communal que de se contenter d’une seule version ! Est-ce que les quelques explications ci-dessus, liste non exhaustive, apportent la réponse à tes interrogations sur les « sans motifs bien justifiés » ??

    Quant à la pétition à la limite de la calomnie contre le maire car les sujets y sont non seulement faux mais aussi déguisés! Lorsqu’on raconte une histoire, on la raconte jusqu’au bout sinon cela s’appelle déguiser la vérité à son avantage.
    Sur leur blog, ils parlent de harcèlement ? de peur au ventre ? mais la victime n’est pas celle que l’on pourrait croire, je cite : « ma menace de burn-out n’a pas fait d’effet… Si elle croit qu’avec 150 euros de plus par mois je vais être corvéable à merci… », messages expédiés depuis la boite mail professionnelle de la mairie émanant d’une employée. Une autre employé malade de longue date qui en fait comptait partir en longue maladie pour des soucis articulaires (échanges mail sur boite pro), d’autres écrits échangés entre une employée et sa sœur où il est fait état de « poufiasse et de pitt-bull » (le maire), d’autres écrits d’une ancienne élue traitant Mireille de conne, de paroles émanant d’un employé « je ne vous reconnais pas en tant que Maire »… et j’en passe ! Mais c’est tellement plus facile d’amalgamer le tout, de saupoudrer de contres vérités…

    Limite calomnieuse aussi pour moi car ce qu’il n’y est pas mentionné c’est que mes indemnités initiales d’élu s’élevaient très exactement à 44,85 euros net par mois (comme tous les conseillers avec délégation) avec les délégations sécurité/sûreté, vice présidence du CCAS, correspondant intempérie ERDF, correspondant sécurité géosel, mise en conformité du PCS, rénovation de tous les poteaux incendie et créations de nouveaux…
    Depuis deux mois maintenant j’ai « hérité » de la délégation services techniques (la délégation de l’ex-premier adjoint qui lui percevait dans le cadre de ladite délégation 223 euros net par mois. Donc je reste encore bien en dessous tout, pour faire ce que devait faire l’intéressé. Alors oui c’est vrai je perçois maintenant 174 euros pour le cumul de mes délégations initiales et de celles de Baille, qui lui percevait 223 euros !

    La pétition a oublié également de préciser qu’en plus de mes indemnités je n’ai jamais fait, moi, de demande de remboursement de frais (les indemnités devant y pourvoir légalement), contrairement à celui la même qui a porté cette même pétition et qui présentait des notes de frais pour des remboursements kilométriques ! Tout est prouvable, les notes de frais n’étant pas des pièces confidentielles dans le cadre de la transparence de la vie publique elles peuvent être sollicitées auprès de la mairie.

    Limite calomnieuse pour Mireille pour le « qui de surcroît est le compagnon de Mme le Maire » laissant entendre ou supposer que nous commettons un petit arrangement si ce n’est un délit… Sauf que pour la délégation des services techniques il est nécessaire que celui qui la porte soit disponible, que hormis Baille et moi tous les autres élus sont encore en activité professionnelle. Il apparaissait clair que cette charge des services techniques ne pouvait que m’incomber.

    Sais tu qu’en terme de sécurité j’ai eu une charge énorme depuis le début de notre mandat, à savoir la remise en état des hydrants laissés à l’abandon et l’étude et la création de nouveaux points (comme à l’école et à proximité de la salle polyvalente par exemple…), de la mise à jour des armoires à pharmacies des bâtiments communaux, de la création d’une armoire à pharmacie à l’atelier des services techniques qui n’existait pas et pourtant obligatoire, de l’équipement de protection individuelle des agents techniques et de la cantinière, les fameux EPI qu’ils n’avaient pas et qui sont pourtant obligatoires, de la mise en conformité des issues de secours de la salle polyvalente dont trois étaient verrouillées par une serrure à clef (sympa pour des issues de secours d’un ERP de 120 personnes), de la réparation de l’alarme incendie de cette même salle dont les fils étaient arrachés (on se demande comment puisque le boîtier est dans le local électrique fermé à clef) et etc, etc…

    Je suis également à l’origine de la convention du CCAS avec l’épicerie sociale de Forcalquier qui a permis assez régulièrement d’acheminer des produits frais à des habitants de la commune, plusieurs dizaines de colis ont été distribués entre octobre 2014 et juin 2015. C’est vrai aussi que face au déchaînement que nous avons rencontrés Mireille et moi, j’ai lâché du pied sur cette « mission » depuis juillet, date des premières attaques ouvertes. Mais j’ai créé un vrai bureau et un vrai règlement intérieur donnant les moyens légaux d’actions du CCAS. Nous avons aidé des habitants à régler des factures EDF, des loyers en retard…

    Pour terminer mon long laïus, tu étais présent Jacques lors du CM de ce mois ci… Baille n’avait-il pas porté avec toi la pétition concernant un départ de la DLVA ? Qu’a-t-il voté la semaine dernière ? ABSTENTION !
    Baille n’avait-il pas écrit sur son tract (format A5) distribué largement dans les boites cet été et que j’ai gardé précieusement comme preuve, je cite ;
    « j’ai eu grand plaisir à travailler avec les employés municipaux, je remercie l’ensemble des services techniques et tout le personnel…». Concernant la délibération de la semaine dernière sur l’achat de matériels financés à 70% par des subventions, pour faciliter le travail des agents des services techniques, qu’a-t-il voté ? CONTRE !!
    Sur HPI de juillet et sur son tract (format A5) distribué largement dans les boites cet été n’a-t-il pas déclaré, je cite : « J’ai eu à cœur de m’investir pour l’école, les enfants et les familles ». Sur la délibération d’achat de matériels pour l’école et les enfants, achat subventionné, qu’a-t-il voté ? CONTRE !!

    Toutes les délibérations pour obtenir des subventions dans l’intérêt de Saint-Maime et de ses habitant ? CONTRE !!

    Tout cela pour dire que au travers d’un contentieux personnel entre l’ex 1er adjoint et le Maire, le village et ses habitants a été pris en otage au moyen d’une pétition qui plus est n’a pas un formalisme légal.
    A bon entendeur

  9. A la lecture de ce pauvre laïus la population est en droit, je pense, de se
    demander sur lequel de vous deux il faut le plus pleurer.
    Réglez vos comptes comme bon vous semble mais évitez d’imputer votre incapacité sur le dos des employés ou des anciennes municipalités.
    Avec toute ma sincérité.

  10. Votre acte d’amour désespéré est très attendrissant ! Mais vous n’êtes peut être pas obligé d’en faire tant. Vous vous ridiculisez !

  11. Comment les 9 signataires du courrier de réponse à la pétition qui a réuni 376 signataires peuvent-ils écrire qu’il ne connaissent pas les motifs des arrêts maladie des agents communaux. Faut-il en déduire qu’ils les ont écouté mais pas entendu, regardé souffrir mais pas vu ? le poids de l’indifférence sans doute …

Répondre à MILANI jean paul Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *